Fosse s’est montré en revanche supérieur dans la Dame blanche à ce qu’il avait encore été. Quelques unes des plus ravissantes phrases de Boieldieu, agréablement dites avec la voix de tête, (le registre de poitrine est presque nul chez Fosse) n’ont pu toutefois désarmer deux ou trois sifflets rigoureux. Le rôle de Brown n’en reste pas moins jusqu’ici le meilleur de Fosse, qui s’y est montré cette fois comédien plus posé et plus sérieux. Remarquons en passant que, suivant l’habitude, c’est quand Fosse vise le moins à l’effet qu’il en obtient le plus.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57587518/f4.image