Havre

[...]

M. Pasdeloup, qui est à Rouen, surveille avec soin les dispositions de la salle du cirque Sainte-Marie pour la solennité de demain. Les galeries superposées qui existaient lors des précédentes fêtes orphéoniques ont été supprimées, il n’y a plus que des places de rez-de-chaussée. Les draperies sont évincées pour ne point nuire à la sonorité, et les décorations sont faites avec des fleurs. M. Sivori se fera entendre demain au milieu de la plus intéressante fête musicale à laquelle aient été, jusqu’à ce jour, convoquées les compatriotes de Boieldieu.

On a quelques motifs de penser que M. Pasdeloup organisera ici une de ces auditions populaires, qui ont de si magnifiques résultats au point de vue de la vulgarisation des chefs-d’œuvre, et de l’éducation du goût public en fait de musique.