Marcel Proust a eu l’occasion d’entendre de la musique dans les salons parisiens. Une fois ces salons recensés il est possible, sources à l’appui, de savoir quelles œuvres il a véritablement écoutées, quels compositeurs il a découverts et quels interprètes il a pu approcher. Trente-cinq auditions en témoignent entre 1894 et 1919.

Historical context

Si Marcel Proust vit les balbutiements de l’enregistrement sonore, les salles de concert et l’Opéra restent à son époque les principaux lieux où écouter et réécouter de la musique et donc apprendre à la connaître. En marge de ces manifestations publiques, les salons continuent à offrir un cadre à des auditions musicales et en même temps un moyen non négligeable de se familiariser avec le répertoire et de découvrir compositeurs, œuvres ou interprètes. Ce sont par excellence des lieux de sociabilité dont la fonction, essentielle pour Proust et pour son roman, est bien connue. Pourtant, une fois recensés les salons dans lesquels il a entendu de la musique, il apparaît comme complémentaire de savoir, sources à l’appui, quelles œuvres Proust a véritablement écoutées, quels compositeurs il a découverts et quels interprètes il a pu approcher. On est ainsi fondé à penser que, derrière leur façade mondaine, les salons ont pu contribuer à sa culture musicale et éventuellement à forger ses goûts.

Sources and protocol

Ce dossier a été réalisé à partir des chroniques de la presse, de la correspondance de Proust et des programmes de concerts.

Select bibliography

Myriam Chimènes, Mécènes et musiciens. Du salon au concert à Paris sous la IIIe République, Paris, Fayard, 2004, 776 p.

To cite this dossier

Myriam Chimènes, « Marcel Proust au concert dans les salons parisiens », Dezède [en ligne]. dezede.org/dossiers/id/325/ (consulté le Dec. 2, 2020).