« Lohengrin à Rouen (1891) » rassemble les vingt-sept représentations de cet opéra de Richard Wagner (1813-1883) au Théâtre des Arts de Rouen au cours de la saison 1890-1891, entre le 5 février et le 30 avril 1891. Ce corpus inclut la répétition générale du 5 février, la première représentation du 7 février et les vingt-cinq suivantes les 9, 12, 14, 16, 19, 21, 26, 28 février, 3, 5, 8, 10, 12, 15, 19, 22, 30 mars, 2, 5, 12, 16, 19, 23, 26 et 30 avril 1891. Il comprend aussi une conférence de Catulle Mendès (1841-1908) consacrée à Lohengrin, le 4 mars 1891, au Théâtre des Arts.

Historical context

Créé à Weimar le 28 août 1850, Lohengrin est une œuvre charnière dans la carrière de Wagner. Plus que les deux précédentes, Der fliegende Holländer et Tannhäuser, elle annonce les œuvres de la maturité, notamment en intégrant des leitmotive qui donnent une identité musicale aux principaux personnages et aux idées essentielles du drame. Lohengrin est aussi l’ouvrage qui permet à Wagner d’acquérir une notoriété internationale.

En France, qui en est pourtant le berceau, le wagnérisme s’accompagne d’un anti wagnérisme persistant. Malgré de nombreux séjours à Paris, Wagner ne connaît que des déconvenues dans la capitale française, le plus retentissant étant l’échec de Tannhäuser, retiré de l’affiche de l’Opéra après seulement trois représentations (13, 18 et 23 mars 1861). Il faut attendre trente ans pour revoir un opéra de Wagner à l’Opéra de Paris, en l’occurrence, Lohengrin. L’attente est d’autant plus longue que, à partir de 1870 et la publication d’une brochure brocardant la France (Une Capitulation), Wagner devient le symbole de la Prusse belliqueuse et un ennemi emblématique, y compris après son décès. Ainsi, le 3 mai 1887, au lendemain de la première représentation de Lohengrin, Charles Lamoureux (1834-1899) doit annuler les suivantes. Pour autant, cette victoire des antiwagnériens est la dernière.

L’apaisement du climat politique et un désir de renouvellement des programmes des spectacles lyriques conduisent les directeurs de théâtre français à se tourner vers les ouvrages profondément originaux de Wagner. Mais alors que les directeurs de salle parisiens hésitent, plusieurs de leurs homologues français se lancent dans l’aventure. Le 7 février 1891, le Théâtre des Arts de Rouen est la première scène française à accueillir Lohengrin depuis la représentation organisée par Lamoureux en 1887. Il est suivi, dans les semaines suivantes, par les théâtres d’Angers (21 février), Nantes (21 février), Lyon (26 février), Bordeaux (31 mars) et Toulouse (5 mai). Le 16 septembre, c’est au tour de l’Opéra de Paris d’accueillir l’ouvrage de Wagner.

À Rouen, Lohengrin connaît un grand succès jusqu’à la fin de la saison. La première est un événement auquel assistent des représentants de la presse parisienne. À deux reprises, un train est affrété pour permettre aux habitants de Paris de venir assister aux représentations en matinée. Le directeur des Folies-Bergère de Rouen profite de l’engouement pour insérer dans sa revue Rouen fin de siècle une parodie de l’opéra de Wagner intitulée Loiehencrin.

Le corpus « Lohengrin à Rouen (1891) » permet de consulter une partie importante des articles de presse parus à Rouen et à Paris entre le 9 décembre 1890 et le 30 avril 1891. Il donne la possibilité d’évaluer l’engouement suscité par ces représentations mais aussi d’apprécier les débats esthétiques et politiques qui les accompagnent. D’une manière plus générale, ces ressources documentaires apportent un éclairage particulier sur la réception de l’œuvre de Wagner en France. Elles permettent aussi, grâce aux nombreuses informations factuelles, de réaliser une description minutieuse des représentations.

Sources and protocol

Pour les représentations rouennaises de Lohengrin, entre le 5 février et le 30 avril 1891, le corpus s’appuie sur différentes sources :

1. la rubrique « Spectacles » du Journal de Rouen, dans laquelle figurent, tous les jours de la semaine, les annonces des spectacles présentés dans les théâtres rouennais — les rubriques similaires figurant dans les autres quotidiens rouennais n’ont pas été transcrites ;

2. les annonces et comptes rendus publiés dans les quotidiens locaux paraissant en 1891 : Journal de RouenNouvelliste de RouenLe Patriote de NormandieLe Petit Rouennais ;

3. les annonces et comptes rendus publiés dans L’Écho de Rouen, « journal hebdomadaire, littéraire, satirique & théâtral » ;

4. le « dossier d’œuvre » conservé à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra — outre des articles de presse émanant de quotidiens locaux, ce dossier comprend un nombre très important d’articles publiés dans des périodiques parisiens ;

5. les comptes rendus parus dans les quotidiens du Havre ;

6. divers articles repérés en dehors des sources précédentes.

Bien que conséquent, cet ensemble ne peut prétendre à l’exhaustivité même si celle-ci, sauf oublis involontaires, est atteinte pour la presse quotidienne locale. À l’exception de L’Écho de Rouen, les périodiques hebdomadaires rouennais n’ont pas fait l’objet de recherches spécifiques. De même, la presse parisienne n’a pas fait l’objet d’un dépouillement systématique permettant de compléter le dossier d’œuvre de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Ces lacunes n’empêchent pas la constitution d’un dossier d’œuvre conséquent dont l’importance quantitative témoigne, à elle seule, du caractère exceptionnel de l’événement. Elles pourront être progressivement comblées, notamment à partir du recueil factice consacré à cet opéra dans la collection Auguste Rondel (Bibliothèque nationale de France, département des arts du spectacle, 8-Ro-6804).

Quelques mots ou expressions récurrentes dans ce corpus ont fait l’objet d’une harmonisation, principalement afin de faciliter la recherche : Desjoyeaux (au lieu de Desjoyaux) ; Éden-Théâtre (Eden-Théâtre) ; Liszt (Listz) ; Tannhäuser (Tannhaüser).

Select bibliography

Michèle Courtin, « Un siècle de représentations wagnériennes au Théâtre des Arts de Rouen », De Bayreuth à Rouen, images de R. Wagner : 1883-1983, Rouen, Imprimerie administrative de la Seine maritime, 1983, p. 9-15.

Christian GoubaultLa vie musicale à Rouen de 1830 à 1914, Thèse de doctorat, université de Paris IV, 1977, 991 p.

Christian GoubaultLa Musique, les acteurs et le public au Théâtre des arts de Rouen, 1776-1914, Rouen, Centre régional de documentation pédagogique, 1979, 119 p.

Martine Kahane et Nicole Wild (dir.), Wagner et la France, catalogue de l’exposition au Théâtre national de l’Opéra de Paris, 26 octobre 1983 - 26 janvier 1984, Paris, Herscher, 1983, 175 p.

Sébastien LefebvreLes Folies Bergère de Rouen, Rouen, éditions Le Pucheux, 2009, 126 p.

Clair Rowden, « Decentralisation and Regeneration at the Théâtre des Arts, Rouen, 1889-1891 », Revue de musicologie, 94/1 (2008), p. 139-180.

Gerald D. Turbow, « Art and Politics : Wagnerism in France », Wagnerism in European Culture and Politics, David C. Large and William Weber (dir.), Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1984, p. 134-166.

To cite this dossier

Yannick Simon (ed.), « Lohengrin à Rouen (1891) », Dezède [en ligne]. dezede.org/dossiers/id/4/ (consulté le Feb. 28, 2021).