Avec l’institution d’une saison musicale articulée autour d’un effectif d’exécutants locaux, un répertoire et une programmation se dessinent véritablement, car les tournées d’artistes ne sont plus l’origine unique des concerts.

Historical context

On lit dans L’Espérence, courrier de Nancy du 29 décembre 1842, cette annonce tirée du Patriote :

Nous apprenons avec plaisir que des démarches actives ont été faites auprès de l’autorité municipale, afin d’obtenir, en ce qui la concerne, son concours pour l’établissement à Nancy d’une société philharmonique. Ces démarches ont été accueillies avec bienveillance, et, si nous sommes bien informés, M. le maire accepterait la présidence de la société.

Des avis sont ensuite publiés pour que les personnes désirant rejoindre la nouvelle société en tant que membres exécutants ou chantants se fassent inscrire avant le 1er mars 1843 chez M. Robert, rue du Manège, 3. Un compte rendu assez détaillé de l’assemblée générale du 17 décembre 1843 paraît dans L’Espérance du samedi suivant (p. 610).

La Société attira diverses personnalités, dont Alexis de Garaudé, professeur de chant qui proposa en avril 1844 d’organiser un concert au profit des pauvres et de dispenser un cours explicatif et démonstratif de l’art du chant en trois séances. Par la suite auteur d’un Manuel-Guide in-8° de l’Enseignement mutuel et populaire de la musique qui inclue du répertoire choral (voir Le Ménestrel du 13 août 1848), le pédagogue voyait peut-être dans cette expérience une opportunité de promouvoir sa méthode au plan national.

À partir de 1851, les séances publiques ne se déroulèrent plus le lundi soir mais le samedi à 19h30, et des cours de chant privés furent dispensés le dimanche de 13h à 15h pour le femmes, le mercredi à 20h pour les hommes. Ces changements furent annoncés dans l’édition du 30 janvier (p. 106-107).

Sources and protocol

Un dépouillement systématique de L’Espérence, réalisé à la faveur de sa numérisation avec recherche en plain textenous permet aujourd’hui de dresser un tableau de l’activité musicale dans cette ville.

Select bibliography

Yves Ferraton, dir., Musique en Lorraine / contribution à l’histoire de la musique à Nancy, xviie-xxe siècles, Paris : Klincksieck, 1994 (actes du colloque de Nancy, 6 et 7 octobre 1992)

Yves Ferraton, dir., Symphonies lorraines : compositeurs, exécutants, destinataires, Paris : Klincksieck, 1998 (actes du colloque de Lunéville, 20 novembre 1998)

Yves Ferraton, Encyclopédie de la musique en Lorraine, Paris : Messene, 2000

Yves Ferraton, dir., Itinéraires musicaux en Lorraine : sources, événements, compositeurs, Langres : Guéniot, 2002, 317 p. (actes du colloque de Commercy, 22 novembre 2002)

Luc Benoît, CD + brochure Un récital de piano, le 5 juin 1856, chez Jean-Baptiste Gérard, à Dieulouard, Paris : Talis, 2007 (récital donné à l’occasion des 150 ans de Saint-Gobain PAM, le 20 juin 2006 à Pont-à-Mousson et le 30 juin 2006 au Sénat)

 

To cite this dossier

Pierre Girod, « Les concerts de la Société philharmonique de Nancy (1843-1850) », Dezède [en ligne]. dezede.org/dossiers/id/290/ (consulté le Nov. 30, 2020).