Ce dossier contient l’intégralité des soirées programmées à l’Opéra-Comique au cours de la Seconde République, du 24 février 1848 au 1er décembre 1852. Cette reconstitution a été réalisée dans le cadre de la préparation de notre thèse de doctorat, Émlie Perrin et la direction des théâtres parisiens entre 1848 et 1885.

Dossier en cours de réalisation

722 événements à ce jour

Historical context

Le début de la saison 1848-1849 coïncide avec l’arrivée d’Émile Perrin à la tête de l’Opéra-Comique. Ce parfait inconnu des institutions lyriques a été nommé par le ministre de l’Intérieur Alexandre Ledru-Rollin en remplacement d’Alexandre Basset dont la direction a pris fin avec la chute de la Monarchie de Juillet. En effet, comme beaucoup d’autres théâtres parisiens, la Salle Favart a particulièrement souffert des insurrections du début de l’année 1848, forçant son directeur à une démission largement encouragée par sa propre commandite. Émile Perrin, artiste peintre de formation, arrive donc au chevet d’un théâtre au bord du gouffre financier. 

Si le choix de cette personnalité inexpérimentée dans la gestion d’institution lyrique semble hasardeux au premier abord, Émile Perrin, grâce à un bon sens des affaires , une sensibilité artistique exceptionnelle et un don pour repérer et engager des talents en devenir, parvient à redonner à l’Opéra-Comique ses lettres de noblesses.

Avec la créations d’œuvres comme Le Val d’Andorre (F. Halévy, 1848), Le Caïd (A. Thomas, 1848) ou encore Les Monténégrins (A. Limnander, 1849), le succès revient à la Salle Favart, d’autant que la troupe renouvelée par des recrues de premier ordre, parmi lesquelles Caroline Miolan-Carvalho ou encore Delphine Ugalde, contribue largement au retour de la prospérité de la deuxième scène lyrique française.

Sources and protocol

Les événements ont été reconstitués à partir du Journal de bord de l’Opéra-Comique dont les différents volumes sont conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra (cotes  [REG. OC-1 à [REG. OC-4). Cependant, il est à signaler que la collection demeure lacunaire pour la période de la Seconde République, entre les mois de février et mai 1848 ainsi que toute la saison 1851-52. Aussi avons-nous utilisé la presse parisienne pour combler ces lacunes.

Select bibliography

Nicole Wild et David CharltonThéâtre de l’Opéra-Comique, Paris : répertoire 1762-1972, Sprimont, Mardaga, 2005.

To cite this dossier

Frédéric Guérin (ed.), «L’Opéra-Comique sous la Seconde République (1848-1852)», Dezède [online]. dezede.org/dossiers/id/384/ (consult the Oct. 17, 2021).