Le dossier intitulé « La Société chorale l’Orphéon de Boulogne » réunit actuellement trente-quatre événements - concours et festivals, fêtes de Sainte-Cécile, concerts de bienfaisance, concerts de famille, entre autres - témoignant de l’activité chorale à Boulogne-sur-Mer dans les années 1860.

Il est une contribution à l’étude d’une question complexe : celle des interrelations musique-société.

Historical context

Nommé en 1858 professeur de solfège supérieur chargé du chant à l’École communale de musique de Boulogne-sur-Mer, Alexandre Guilmant (1837-1911) fonde trois ans plus tard une Société chorale nommée Orphéon de Boulogne (autorisation préfectorale du 15 novembre 1861). Il recrute ses premiers orphéonistes au sein de l’institution où il enseigne. Les premières séances vocales et instrumentales ont lieu sous l’égide de l’École de musique et sont pour Guilmant un préambule à son action en faveur de la pratique vocale amateur. À partir de 1864, l’Orphéon possède sa propre saison articulée autour de trois concerts de famille annuels. Cette Société est administrée par un comité directeur constitué de :

  • Bertulphe Gosselin (Maire de Boulogne-sur-Mer de 1861 à 1864) et Alexandre Chardard (directeur de l’École communale de musique), présidents d’honneur ;
  • Alexandre Guilmant, président et directeur musical ;
  • Alexandre Crouy, vice-président (à partir de 1867) ;
  • Alfred Sergent, sous-chef de chœur (à partir de 1867) ;
  • deux secrétaires : Alexandre Crouy et V. Delpierre (1864), Desjardins et Guillain (1867) ;
  • un trésorier : Alexandre Bréfort (1864), J. Douchet (1867) ;
  • trois membres du comité sans mission particulière dont Jean-Baptiste Guilmant père.

Le réglement donne pour objectif à l’Orphéon de : « faire entendre les œuvres chorales des grands maîtres classiques et modernes, quelques morceaux symphoniques, des solos, trios, etc., de chant et d’instrument, exécutés par des artistes et amateurs ; propager par ces moyens le goût des belles compositions musicales sans toutefois bannir de son programme la musique légère. »

Sources and protocol

Pour les concerts de la Société chorale l’Orphéon de Boulogne, le corpus s’appuie sur les annonces et comptes rendus publiés dans les quotidiens locaux L’Impartial de Boulogne-sur-Mer et La Saison, ainsi que sur les échos que ces manifestations ont eus dans la presse parisienne notamment dans la Revue et gazette musicale.

Select bibliography

Émile Coyon et BettingerAnnuaire musical et orphéonique de France, Paris, Aureau, 1875, 376 p.

Georges Escoffier, « La question de l’Orphéon : un exemple de complexité musicale et sociale », [en ligne] (consulté le 15 février 2014).

Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France aux xixe et xxe siècles »Ethnologie française, 10/I, 1980, p. 27-44.

Philippe GumplowiczLes travaux d’Orphée, 150 ans de vie musicale amateur en France, harmonies, chorales, fanfares, Paris, Aubier, 1987, 307 p.

Soizic LebratLe mouvement orphéonique en question : du national au local (Vendée 1845-1939), thèse d’histoire culturelle, université de Nantes, 2012, 527 p.

François LesureDictionnaire musical des villes de province, Paris, Klincksieck, 1999, 367 p.

Alain Lottin (dir.), Histoire de Boulogne-sur-Mer, Lille, Presses universitaires de Lille, 1983, 456 p.

Kurt LuedersAlexandre Guilmant (1837-1911) : organiste et compositeur, thèse de doctorat, université Paris IV-Sorbonne, 2002, 879 p.

Henri Maréchal et Gabriel Parès, Monographie universelle de l’Orphéon, sociétés chorales, harmonies, fanfares, avec documents inédits, recueillis par les représentants de la France à l’étranger, éditions C. Delagrave, Paris 1910, 336 p.

Yves Perret-Gentil, Alain Lottin, Jean-Pierre Poussou (dir.), Les villes balnéaires d’Europe occidentale du xviiie siècle à nos jours, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2008, 460 p.

Henry-Abel SimonHistoire générale, documentaire, philosophique, anecdotique et statistique de l’Institution orphéonique française, chorales, harmonies, fanfares, symphonies et sociétés diverses de musique populaire, des origines jusqu’à la guerre de 1870, Paris, Margueritat père, fils et gendre éditeurs, 1909, 2 t. en 1 vol., 279 p.

Denis TchorekLa transcription en France dans la seconde moitié du xixe siècle : l’exemple d’Alexandre Guilmant, thèse de doctorat, université François-Rabelais de Tours, 2012, 463 p.

Denis Tchorek, « Le Cercle Beethoven de Boulogne-sur-Mer, 1868-1871 » Revue de musicologie, 95 (2009), p. 399-425.

To cite this dossier

Denis Tchorek, «La Société chorale l’Orphéon de Boulogne (1861-1870)», Dezède [online]. dezede.org/dossiers/id/35/ (consult the July 20, 2019).